18 mars 2009

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

stilletowinner280570000cd1

7H00: le réveil sonne enfin, j'ai mal dormi, je me retourne dans mon lit depuis une demie heure, mal de ventre, migraine, je ne sais pas encore si cela est dû aux règles qui approchent ou à l'oral que je passe dans quatre heures.

8H00: mon armoire est sans dessus-dessous. Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres, je passe mon oral. Je dois faire bonne impression. Ma tenue ne doit pas me faire paraître superficielle, je passe un oral de maths, il ne faut surtout pas que mon jury fasse dès mon entrée dans la salle le calcul mental « jupe + talons = fille – (cerveau + culture G ) = pouf ».

8H20: je suis prête quand soudain une crampe me saisit le ventre. C'est une douleur terrible, une barre m'écrase le bas ventre depuis les reins m'arnachant ainsi d'une oppressante ceinture. Ah oui, merde je risque d'avoir mes règles. Ah oui merde, je dois troquer ma jolie culotte d'un blanc encore immaculé contre l'énorme culotte de coton, sale d'avoir été trop lavée. Car trop tâchée. Vous voyez de laquelle je parle les filles ? Vous savez cette culotte que vous ne sortez qu'une fois la plaquette de pilules terminée, histoire d'anticiper l'heure fatidique de l'éruption.
Et aussi, adieu joli pantalon beige ! Bonjour jean noir !

8H30: je suis en retard, maudissant la nana de la pub Always qui n'avait sûrement pas ses règles le jour où elle l'a tournée. Encore une journée où mes copines seront chargées de la surveillance de mon postérieur à la traque de la moindre tâche.

14H00: je suis allongée sur le dos à environ un mètre du sol où jonchent mon jean et ma culotte, j'ai gardé mon top et mes chaussettes dépareillées.
Vue de dos avec mes jambes à la fois écartées et repliées, les pieds coincés dans des étriers, je ressemble à un insecte mort.
Mon gynécologue me dit de me détendre, m'interroge sur mes études tout en commentant la profondeur de mon vagin.

19H00: je suis de retour chez moi. Bilan :
- métro ligne 1, « Putain mad'moizelle comment t'es bonne »
- métro ligne 4, « J'la fouetterai bien celle-là »
- jardin du Luxembourg, le classique bruit de bouche que j'ignore, le même que je fais à mon chien pour lui donner sa patée, suivi d'un « tsssss salope va ! »
- place Simone de Beauvoir, pour courroner le tout, la traditionnelle main au cul.

20H00: mon armoire est sans dessus-dessous. J'ai 100€ d'hors forfait d'avoir passé une heure à organiser avec les copines la soirée parce que malheuresement pour être une femme libre il faut être prudente.
Comment on s'habille ?  Les talons aiguilles aux pieds pour danser, les ballerines dans le sac pour courir en cas de danger.
Comment on rentre ? Le Noctilien si on est plus de trois, sinon le taxi (et là encore, les filles, demandez lui contrat de travail, licence, carte d'identité ou passeport attestant que quand vous direz « à Montparnasse s'il-vous-plaît » vous ne finirez pas violée, désappée, abandonnée dans la forêt de Chantilly).

7HOO le lendemain: nous nous jetons à quatre dans le lit deux places de l'une d'entre nous et nous nous endormons, serrées les unes contre les autres mais vivantes.

EPILOGUE

Cinq heures plus tard je me retrouve avec la gueule de bois au dessus de l'évier de chez ma copine.
Non je ne vomis pas mais j'astique frénétiquement cette putain de culotte en coton !


photo empruntée sur www.zakkarri.com

 

 

Posté par matemonculot à 01:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

    et to exam alors?

    Posté par olympe, 18 mars 2009 à 07:40 | | Répondre
  • Une belle réussite!
    Cette journée n'a jamais existé mais cependant il s'agit d'un condensé de toutes les situations déjà vécues par chacune d'entre nous.
    En effet si cette journée avait déjà existé dans sa totalité ce n'est pas avec un blog que l'on se défendrait mais au couteau!

    Posté par matemonculot, 20 mars 2009 à 11:28 | | Répondre
Nouveau commentaire