13 mars 2009

Billets doux de Robert Solé

Je vous restitue deux billets écrits par Robert Solé, dans deux Monde de cette semaine. Il nous restitue avec un cynisme efficace des anecdotes du monde entier qui prouvent qu'il nous faut bien plus qu'une journée pour obtenir l'égalité des sexes.

Le Monde du 10 mars 2009: JOURNEE DE LA FEMME

A KANDAHAR (Afghanistan), des femmes portant la burqa sont sorties en public, le 8 mars, avec un foulard posé sur la tête. Cela a été interprété comme un appel à plus de justice. Mais ne voulaient-elles pas, au contraire, attirer l'attention sur les insuffisances du voile intégral ? Les musulmans intégristes feraient bien de réfléchir au moyen de rendre les femmes un peu moins provocantes. Ne faudrait-il pas les enfermer dans des sarcophages ?

Les catholiques, eux, gagneraient à lire plus souvent L'Osservatore Romano. Le journal du Vatican a rendu un vibrant hommage au lave-linge, qui a été déterminant pour l'émancipation de la femme occidentale: bien plus, selon lui, que le travail hors du foyer, la pilule et -cela va sans dire- l'avortement. A ce propos, une Brésilienne de 9 ans, qui attendait des jumeaux après avoir été violée à plusieurs reprises par son beau-père, a subi une IVG. L'archevêque de Recife a aussitôt excommunié la mère de la fillette, ainsi que l'équipe médicale. L'avortement, a-t-il expliqué, est plus grave que le viol. Le beau-père, lui, fait toujours partie de l'Eglise. Mais il devra se confesser, bien sûr, pour que la machine ecclésiastique lave ses péchés.

Le Monde du 12 mars 2009: TAXIS ROSES

Des taxis d'un nouveau genre ont fait leur apparition à Mtayleb, au nord-est de Beyrouth: conduits par des femmes vêtues en rose, ils sont réservés aux femmes. Le ministère du tourisme soutient, paraît-il, cette initiative, susceptible de plaire aux riches vacancières du Golfe, dont la pudeur ne doit pas être offensée par une promiscuité avec la gent masculine.

Au pays du Cèdre, il ne faut pas juger de l'arbre par l'écorce. Mais le fait est que la moitié de la société libanaise subit l'influence coirssante des monarchies pétrolières ou de l'Iran, pour entrer résolument dans le XXIème siècle à reculons. La patrie de l'écrivain Khalil Gibran, prophètre de la liberté et du vivre-ensemble, n'en est pas encore à condamner les femmes adultères à la lapidation ou au fouet, mais tous les espoirs sont permis.

Séparer les sexes dans la vie sociale est une tâche de longue haleine, qui requiert de l'imagination. Il ne suffit pas de voiler les femmes de la tête au pied, de leur réserver des taxis ou des bus particuliers. Tôt ou tard, on s'apercevra de la nécessité d'interdire aux hommes l'accès de certaines rues ou de quartiers entiers. Autant le dire tout de suite: ce ne sera pas assez. Des murs de quelle hauteur faudrait-il construire pour qu'Adam et Eve respirent chacun un air différent?

Posté par matemonculot à 18:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Billets doux de Robert Solé

    oui, superbes démonstrations, qui semblent incroyables pour un esprit 'égalitaire' ou humaniste. Incroyable que ceci puisse fonctionner, le conditionnement anéanti le cerveau, la capacité à réagir. ça me rend triste.

    Posté par emelire, 15 mars 2009 à 22:15 | | Répondre
  • Le conditionnement est ce qu'il y a de plus terrible au monde. Ne même pas voir les injustices et les prendre pour normales.
    Et puis en ce 8 mars, par chez nous, cette "Fête de la Fââââââââme" m'horripile. Je reviens juste de la réunion debriefing de la manif du 7 mars. C'est tous les jours le 8 mars!

    Posté par alice, 16 mars 2009 à 22:02 | | Répondre
Nouveau commentaire